HP, HQI, Douance… Le jargon des génies

de | 16/08/2014

Comme n’importe quel autre domaine dans ce bas monde, l’univers des surdoués comporte quelques termes qui sont employés occasionnellement lorsque la conversation vire sur le sujet en question.

 

Afin de dissiper tous les doutes qui pourraient naître de la lecture de ce blog et des autres sur le même sujet, voici un petit tour d’horizon.

QI: Quotient Intellectuel. C’est le résultat de la mesure de l’intelligence d’un individu initialement imaginée par le Scientifique Français Alfred Binet à la fin du XIXe Siècle. Il a développé une méthode pour essayer de comprendre l’observation selon laquelle certains élèves d’une classe semblaient montrer de meilleurs capacités cognitives que d’autres. En d’autres mots, certains avaient l’air de comprendre et d’apprendre plus vite. Il a identifié que certains enfants avaient un développement mental plus avancé que leur âge physique.

Pour déterminer cet écart, il a inventé une méthode pour calculer le Quotient Intellectuel. A l’origine c’était un multiplicateur qu’il fallait appliquer à l’âge d’un enfant pour en obtenir son âge mental. Un QI de 130 pour un enfant de 10 ans voulait dire qu’il avait un âge mental (et des capacités cognitives) d’un ado de 13 ans.

Depuis lors, la science a fait de nombreux progrès et plusieurs échelles de mesure d’intelligence statistique ont été développées qui n’ont plus aucune relation avec l’âge mental.

Si le QI est d’abord exprimé en un chiffre généralement compris entre 60 et 140 (parfois plus), il ne prend tout sons sens que s’il est ramené au percentile de la population. Le QI est en réalité une mesure comparative de l’intelligence de la personne testée par rapport à la moyenne statistique de la population dont il est issu.

La moyenne de la population prise dans son ensemble a, par convention statistique une valeur de 100. En fonction de l’écart positif ou négatif de son propre résultat, on va vous attribuer une note supérieure ou inférieure, mais qui n’aura vraiment de sens si on vous indique dans quel pourcentage de la population vous vous situez. De plus, il existe plusieurs échelles qui coexistent et qui varient par leur distribution des données autour de la moyenne. Je ne vais pas entrer dans le jargon de la Statistique pour vous expliquer cela, parce que je trouve cela for ennuyeux et certains le font mieux que moi. j’illustrerai simplement par un exemple : un QI m

 

esuré de 132 peut se situer au-delà de 56% de la population ou juste supérieur à 98% de la population.

 

 

Surdoué: Selon les interprétations, les surdoués représentent les 2 % de QI les plus élevés d’une population. Certains vont jusqu’à 5% alors que d’autres maintiennent qu’il ne peut que s’agir du dernier percentile.

HP ou PHP, ne font nullement référence à des équipementiers de bureautique ou des termes d’informatique, mais désignent les « Haut Potentiels » ou « Personnes à Haut Potentiel ». Ce terme est surtout utilisé par ceux qui travaillent dans le développement personnel de personnes qui ont un QI situé dans les 10 derniers percentiles.

A l’instar des minorités persécutées, le terme « surdoué » a parfois été utilisé de manière péjorative. Certains dans cette communauté se refusent cependant à utiliser ce terme au profit d’autres moins discriminants, comme HP ou HQI.

HQI signifie « Haut QI ». C’est le terme le plus souvent utilisé pour désigner les surdoués.

Douance: Terme parfois utilisé pour désigner le domaine des gens/enfants particulièrement doués ou surdoués.

Précoce, se dit d’un enfant à haut QI, en avance sur son âge. La précocité peut se constater très tôt dans le développement de l’enfant. Elle est reconnue dans des aptitudes extraordinaires développées très tôt, comme l’utilisation d’un vocabulaire d’adulte dès les plus jeunes années ou la faculté d’avoir appris à lire par soi-même.

L’enfance précoce est le sujet qui fait l’objet de la majorité des recherches dans le domaine de la douance. Cela se traduit par une abondance de livres et publications scientifiques. Retrouvez-en une sélection sur notre page « Livres ».

EIP pour Enfant Intellectuellement Précoce. Cette dénomination politiquement correcte a cours dans les textes officiels et les rapports de recherche, surtout en France.

Zèbre: mot poétique & imagé – émanant de la psychologue clinicienne Jeanne SIAUD-FACCHIN – visant à remplacer les classiques, & bien trop souvent souvent lourds d’idées reçues & de préjugés, noms ordinairement utilisés pour désigner un « surdoué ». Voir plus sur Les tribulations du Petit Zèbre. Ce terme semble avoir pris le dessus sur la blogosphère française sur le sujet.

Ce glossaire n’est pas exhaustif. Il me viendra certainement l’idée de venir le compléter lorsque l’occasion se présentera.

Si vous de votre côté, cher lecteur, vous désirez soumettre un terme ou ajouter des détails concernant cet article, n’hésitez pas à soumettre un commentaire ci-dessous.

2 réflexions au sujet de « HP, HQI, Douance… Le jargon des génies »

  1. ViGT135

    Bonjour,
    Par ce post, je viens soutenir ta démarche d’organisation d’un lieu de discussions autour des Zèbres (j’aime cette dénomination tirée du livre qui m’a fait prendre conscience de notre spécificité à ma fille, à ma femme et à moi).
    Je tiens à te dire que ton ancien blog contient des articles très intéressants qui, même s’il ont déjà quelques années, auraient leur place ici, dans la catégorie témoignage pour certains et dans une catégorie actualité pour d’autres. Cela fait un bon point de départ pour animer les débats.
    Dans les anciens commentaires de ton blog, j’ai peut-être perçu des critiques concernant la position trop subjective de tes articles ou le manque d’intérêt de mettre en lumière les 2% de la population que nous représentons.
    De mon point de vue, c’est bien de cela dont il est question : la description du monde tel qu’il est perçu par un HQI.
    Ce que je comprends de ces commentaires, c’est que ceci paraît peut-être trivial pour des personnes détectées « surdouées » depuis toujours qui en ont probablement eu assez de se le faire rabâcher, cela peut aussi choquer les gens qui ne sont pas ou qui ne se connaissent pas « surdoués » (par une sensation légitime mais erronée d’élitisme de notre part).
    En revanche cela prend tout son sens et toute son importance pour « les vilains petits canards » (analogie tirée d’un livre de Jeanne Siaud-Facchin, « L’enfant Surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir. » ou son tome 2 « Trop intelligent pour être heureux » ), que je défini par une personne qui est né, a grandi, a fait ses études et a commencé sa vie active sans se savoir haut potentiel. Celui-là (ce fut mon cas) a pu se sentir défaillant, exclu, inutile, idiot, persécuté, incompris, … (j’en passe) et différent sans en avoir le droit (par absence de cause justifiée). Celui-là, lorsqu’il comprend enfin et que sa solitude prend un nom, doit se redécouvrir à travers sa propre histoire et celle de ses semblables (les cygnes ! pour raccrocher au vilain petit canard) car il est enfin légitimement différent, mais pas de tous, et il sait enfin qu’il peut s’appuyer sur des pairs.
    Dans la section témoignage, je compte apporter ma contribution prochainement.

    Cher auteur du site, merci pour tes initiatives !

    Répondre
    1. Surdoue Auteur de l’article

      Merci pour ce témoignage qui fait chaud au coeur. En effet, j’ai été dépisté (comme on dépiste une maladie?), disons reconnu Surdoué à l’âge de 27 ans, bien après avoir passé mon 3e Diplôme (J’ai 2 graduats et une licence, soit un équivalent bac +9). Malgré ça j’étais au chômage et personne voulait de moi pour travailler pour lui alors que j’avais tant à apporter. Je me posais plein de questions et je voulais savoir si c’était un ego surdimensionné ou un QI hors norme qui me faisaient me sentir la plupart du temps entouré de débiles.
      Ce résultat a changé ma vie à 180 degrés. Désormais je sais où est le problème et j’ai pu apporter les corrections nécessaires à mon comportement pour au final mieux profiter de la vie.
      Mes regrets: toutes ces années gâchées par des crétins qui se dépêchaient de faire des conclusions hâtives en me collant de mauvaises étiquettes. Je comprends que des HQI deviennent psychopathes et tueurs en série.
      Le monde devra un jour se résoudre à comprendre que les surdoués/zèbres/hauts potentiel sont une réalité et qu’il serait plus profitable à la société de les dépister jeunes et de les intégrer en fonction de leur handicap. Je reviendrais plus tard sur la notion de handicap dans le cas d’un HQI.
      Désolé pour le ton direct mais j’aime pas tourner au pour du tot dans une démarche égalitaire du politiquement correct pour plaire à tous. Appelons un chat un chat.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *